FIRA - AER

Association Européenne de Rugby

Retour accueil

Historique

Les Britanniques n'ont pas seulement inventé le rugby. Ils ont, au fil des ans, joué un rôle primordial dans son évolution. Même à leur corps défendant. Tel est le cas en ce qui concerne la Fédération Internationale de Rugby Amateur née, le 02 janvier 1934 à Paris, fruit d'un divorce franco-britannique. Rappelons en effet qu'exclue du Tournoi la France eut pour partenaire unique l'Allemagne de 1932 à 1936 puis l'Italie (1937), la Roumanie (1938), une équipe de Grande-Bretagne renouant le contact en 1940 avant que la British Army puis l'Empire britannique ne prennent le relais en 1945. Gallois et Irlandais remirent, en 1946, la France sur le chemin d'un Tournoi dans lequel sa réintégration fut effectuée en 1947. Mais, entre temps, il y avait eu ce 02 janvier 1934 où, à l'instar des présidents français et allemand la F.I.R.A était née. Une réunion préliminaire s'était tenue à Turin, le 04 septembre 1933, et le baptême eu lieu, le 24 mars 1934, à Hanovre. Présentes : Allemagne et France, bien sûr, mais aussi : Belgique, Catalogne, Espagne, Hollande, Italie, Portugal, Roumanie. Statuts et règlements scellèrent l'opération, la déclaration officielle de naissance étant enregistrée dans le Bulletin Officiel de la République Française du 10 juin 1934.

Les congrès annuels eurent lieu à Rome (1935), Berlin (1936), Paris (1937), Bucarest (1938), la guerre imposant une interruption jusqu'en 1947. Reprise à Milan, en 1948, avec l'apport de la Tchécoslovaquie et les épisodes suivants à Marseille (1949), Barcelone (1950). Le congrès 1951, à Paris, institua l'organisation d'une Coupe d'Europe. En 1956 : affiliations de la République Démocratique Allemande et de la Fédération Royale Marocaine, suivies de la Fédération Polonaise (1957), de la Suède (1958). Les statuts sont révisés en 1961, modifiés en 1962, une Commission technique est créée en 1963. La Yougoslavie est admise en 1964, année où la Coupe des Champions est mise sur les rails pour deux ans avec finale aller et retour, et la création d'une Coupe des Nations est projetée dont le règlement est adopté en 1955 et la réalisation effective en 1966. La Bulgarie grossit l'effectif en 1967, le Danemark en 1975, puis le Luxembourg, la Suisse, la Tunisie, l'U.R.S.S., dont les représentants assistent aux travaux du Conseil d'Administration.

Un pas important est franchi en 1978 avec, sur proposition française, la mission générale confiée à la Commission technique étoffée de prendre en charge tout le secteur sportif (respect de l'esprit du jeu, responsabilité de l'application des règles, de la formation et sélection des arbitres et éducateurs, de la discipline des joueurs, éducateurs, arbitres et dirigeants). Deux sous-Commissions : administrative (secteur juridique, organisation et contrôle des compétitions) et technique sont constituées qui font appel à des membres non élus. Arrivée de la Côte d'Ivoire, admise en sous-commission technique puis administrative. Israël compte, aussi, un correspondant à la Commission technique. En 1986, affiliation de l'Andorre puis, en 1987, du Paraguay, Chili, Iles Salomon, Barbade, Western Samoa, République de Chine, Hong Kong et acceptation de l'Argentine en qualité de membre associé. En 1988, sollicitent leur admission : Nigeria, Seychelles, Norvège, U.S.A., Kenya, Ouganda, Tanzanie. Leur affiliation confère à la F.I.R.A. un caractère mondialiste. La venue de la Hongrie et de l'Autriche (1990) correspond à la radiation du Kenya, de l'Ouganda et de la Tanzanie pour non-respect des critères. Par contre, l'Uruguay et la Namibie sont acceptés ainsi que le Brésil et la Corée du Sud en 1991. Mouvement de troupes en 1992 : Bosnie Herzégovine, Corée du Nord, Croatie, Géorgie, Kazakhstan, Lettonie, Lituanie, Moldavie, Ouzbékistan, Russie, Slovénie, Ukraine, Venezuela, Zaïre font leur entrée, alors que Samoa occidentales, Finlande et Barbade sont radiées. En 1993 : arrivées de l'Inde et de Tahiti, radiation de Madagascar. En 1994 : Cameroun, Monaco, Arménie sont affiliés et les Samoa Occidentales réintégrées. Au fil des années, le mode de fonctionnement ne cesse de se perfectionner dans tous les secteurs. En 1995 un représentant de la F.I.R.A. au Board (Viorel MORARIU) est élu. En 1996 le statut de membre associé de l'Argentine est transformé en membre à part entière, et la Colombie et le Zimbabwe sont affiliés.

La période 95 - 97 est un tournant crucial dans l'existence de la F.I.R.A – association de droit français, mandatée par le Board pour promouvoir le rugby dans le monde – qui décide de refondre statuts et règlement intérieur pour les mettre en accord avec ce caractère hybride. Ce qui est réalisé en trois temps : Casablanca, Rome (A.G. extraordinaire) et Dubrovnik (juin 97) où le nouveau règlement intérieur est adopté, les statuts devant être communiqués au Board avant officialisation. Un pas essentiel est franchi en matière de démocratisation (nouveau système de vote). Les deux Corée (Nord et Sud), l'Ouzbékistan, le Mexique, le Nigeria et les Seychelles sont radiés des contrôles. En cette fin d'année 1997 Albert Ferrasse passe officiellement le témoin de la présidence à Jean Claude Baqué. Les statuts sont adoptés. Ils marquent la fin de l'hégémonie française (six représentants au lieu de onze au Conseil d'Administration, la représentation de chaque fédération étant plafonnée à six). Le nouveau président définit ainsi la mission qu'il fixe à son équipe : " Développer et gérer le rugby en accord avec le Board, de façon complémentaire et non concurrentielle ". Ce qui est dit est fait. Les deux présidents œuvrent en commun. La convention conclue en 1994 entre les deux organismes, renouvelée en 1995 est réaménagée. La F.I.R.A. s'inscrit dans la politique à l'échelle mondiale du Board et devient l'association continentale modèle. Pour cela, elle doit ne garder en son sein que les nations correspondant au nouveau schéma, les autres continuant à bénéficier de son aide formatrice et technique. Le phénomène est concrétisé à Biarritz (1999). Par un changement d'appellation d'abord : le sigle F.I.R.A. étant commué en patronyme FIRA auquel est accolé la mention Association Européenne de Rugby (A.E.R.). les statuts sont réformés. Les soixante " Pays membres " sont réduits à trente-cinq et l'appareil directeur adapté à la nouvelle situation. L'Irlande et le Pays de Galles font également leur entrée officielle au sein de la FIRA-A.E.R. au cours de l'Assemblée Générale de Biarritz. L'A.G. parisienne de décembre 1999 marque le début d'une nouvelle ère : identité, statuts et structures réformés. Appareil directeur adapté aux trente-cinq fédérations (l'Estonie est officiellement intégrée) plus la Tunisie et le Maroc en attendant qu'elles soient rattachées à leur zone géographique. Conseil d'administration complété, Bureau Exécutif et nouveau représentant auprès du Board (Jose-Maria EPALZA) désignés, Officier de développement (Robert ANTONIN) mis en place : la FIRA – A.E.R. peut, comme elle en a le mandat du Board, promouvoir et régenter le rugby de la zone européenne !

Depuis son arrivée à la Présidence, Jean-Claude Baqué n'a cessé d'œuvrer dans un sens de totale démocratisation des instances en incorporant de la façon la plus large et la plus complète le plus grand nombre de représentant de toutes les nations à tous les niveaux de fonctionnement. La meilleure illustration de cette politique est la 79e AG de décembre 2004 que l'on peut qualifier d'exemplaire et historique. Les 40 nations présentes ayant plébiscité pour 4 ans, le Président et ses colistiers. Adhésion authentiquement européenne, tous les secteurs géographiques étant représentés, toutes les valeurs établies se prononçant dans le même sens. Geste capital à l'heure ou le Conseil de l'IRB accueillent les Unions régionales en son sein. Exemplarité dans la gestion est un mode de vie on ne peut plus collégial : dix vice-présidents, couvrant la totalité des zones géographiques et tous les secteurs d'activités et le Président déléguant au maximum de façon formatrice ce qui est de nature à assurer une parfaite transition, la mesure s'accompagnant d'un fort rajeunissement des cadres.

Henri GATINEAU (cf. le site de la FIRA AER www.fira-aer-rugby.com)

 En 2014 la FIRA-AER devient "Rugby Europe"